Texte défilant
d'Astwinds
Association de Défense du Pays de Nied: Sauvegarder, Sensibiliser, Mobiliser, Informer, Préserver.

ANALYSE CRITIQUE D'UN PROJET D'UNITÉ DE MÉTHANISATION....

ANALYSE CRITIQUE  D'UN PROJET D'UNITÉ DE MÉTHANISATION....

 

 

 

 

 

 


 

 

Depuis la réunion d'information organisée par l'AMDPB (= porteurs du projet) le mardi 10 juin 2014, les détails de la "future" usine de biométhanisation de Boulay ont été dévoilés.

 



 

 

MAIS, MÊME SUR UNE ZONE INDUSTRIELLE, NUISANCES ET RISQUES SONT LES MÊMES.

 


 

 

 

LE DEVELOPPEMENT DURABLE, C'EST AUSSI LE RESPECT DES PERSONNES!

 


 

 

>>>A QUOI RESSEMBLERA CETTE USINE DE BOULAY?



1/ 5 agriculteurs associés (= "ENERGICULTEURS") au sein de l'AMDPB (Association des Méthaniseurs Du Pays Boulageois, dont les statuts ont été déposés le 12/10/2012) vont construire une unité collective de méthanisation sur 11 100 m2 (85 m x 75 m): 20 tonnes seront traitées chaque jour (fumier + lisiers + maïs + sorgho + tontes). 


2/ Dossier mené par le bureau d'étude CANOPY 

 

3/ Quelques chiffres :


* Investissement = 1,7M€;

* Production = 250 Kwe (pouvant alimenter 500 foyers).

 

4/ Infrastructures :

 

* 1 méthaniseur de 9 mètres de haut;

* 1 cuve de stockage;

* 1 torchère de 10 mètres;

* 1 plate-forme de silos de stockage;

* 1 lagune.

 


 

 


1/ Aucune comparaison avec l'Allemagne : cette usine n'aura rien à voir avec les unités individuelles de méthanisation à la ferme existantes (une quinzaine en France, actuellement...notamment à Ottonville -57-);

 

2/ On peut parler de "dimension écologique" quand l'unité de méthanisation est adaptée à l'exploitation agricole pour ses besoins propres (fumier, seul) et sans production agricole dédiée (maïs ou autres CIVE)...ce n'est pas le cas pour l'usine de biométhanisation de Boulay.


 

L'A.D.P.N a réussi à faire déplacer le lieu d'implantation envisagé à l'origine. MAIS, même sur la zone industrielle, les nuisances et les risques demeurent. 



En raison des trop nombreux risques et nuisances engendrés par  une usine de biométhanisation, l'Association de Défense du Pays de Nied (ADPN) en dénonce les dangers et A EXIGE un cahier des charges à respecter par les porteurs du projet.


 

 

 + Un projet mené en secret, sans aucune concertation :

 

>>>>>  Projet rendu public seulement le 25/11/2011 (mais pas par les porteurs du projet)

>>>>> Aucune information n'a filtré du côté des porteurs du projet...jusqu'au 10/6/2014!

>>>>> Riverains et boulageois sont restés de longs mois dans l'expectative!


 

+ Des dégâts collatéraux : les nuisances visuelle, sonore et olfactive toujours présentes :


 

>>>>>> la POLLUTION, là où elle n'était pas !!!! 


+ mise en danger de la vie d'autrui (articles 223-1 et 223-2 du Code Civil);

 

+ trouble anormal du voisinage : bruits et odeurs (articles 1382 et R 134-31);

 

+ le principe de précaution (Principe 15 de la Déclaration de Rio; 1992).

 

 * une pollution visuelle : même sur la zone industrielle, l'entrée de Boulay sera  défigurée par le méthaniseur, la cuve de stockage et la torchère;

 

* des nuisances sonores : le bruit (même atténué) du cogénérateur 24H/24 + un important trafic de tracteurs et de remorques venus des villages aux alentours >>>>> quel coût écologique ? : combien de CO2 dégagé par le transport des matières avant (fumier) et après transformation (digestat)?

 

* des nuisances olfactives sous les vents dominants : odeurs de fumier et de lisiers ("cargaisons puantes") lors du déchargement + "oeufs pourris" + silos de stockage pour l'ensilage (ODEURS ajoutées à celles de la station d'épuration);

 

>>>>Que fait-on de la loi LAURE (Loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l'Energie) dite Loi Lepage du 30/12/1996, intégrée au code de l'environnement avec son Article 1 : "Chaque individu a le droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé".

 

>>>>>"Il n'y a pas d'odeur!", aux dires des promoteurs. Ce serait bien la seule usine en France!

 

>>>>> A-t-on pensé à un système de capture des odeurs (bio-filtres)?

 

+ Des risques bactériologiques, sanitaires et accidentels :


quel impact sur la santé?

 

 >>>> des risques nombreux et graves subsistent pour la santé et la sécurité des citoyens : de multiples accidents survenus dans des unités similaires en France et en Europe démontrent qu'ils ne doivent pas être minimisés.

 

 

>>>>> les pratiques modernes de gestion des déchets constituent une MENACE POUR LA SANTé HUMAINE ET ANIMALE aujourd'hui et dans l'avenir.


 

Méthane :"bombe à retardement"



1/ Une usine de méthanisation ne se construit pas n'importe où :

 

* agriculteur/méthaniseur = 2 métiers très différents (il faut un personnel formé aux risques);l'agriculteur devient un énergiculteur;

 

* ce n'est pas un "jouet" : industriellement, c'est une "usine à gaz", et même en zone industrielle, il y a des risques.

 

 

>>>>>AVERTISSEMENT :

 

 

 

+ Les élus (com'com et conseil municipal) doivent être particulièrement attentifs aux compétences réelles des personnes et des sociétés promotrices de ces installations;

 

 

+ Les porteurs du projet n'ont aucune expérience de la méthanisation industrielle

 (ENERGICULTEUR = QUELLE FORMATION?)

 

 

>>>>> La sécurité d'une telle unité, dangereuse par nature, impose impérativement la présence 24H/24 d'un personnel compétent.

 

 


2/ Des risques d'accidents (sources : INERIS - 2008, 2009 et mai 2010) :

 

 * la formation d'une atmosphère explosive (des usines ont "implosé" en 2002 en Espagne et en 2007 en Allemagne);

 

* d'éventuelles dispersions toxiques accidentelles : 4 morts en 2005 en Allemagne dues à des émanations de sulfure d'hydrogène ou H2S (H2S = gaz trouvé dans les poumons des 36 sangliers morts en Bretagne, en juillet dernier);


* des fuites de méthane (l'étanchéité se détériore avec le temps = 80% des méthaniseurs ne seraient pas étanches);


Des fuites par les bâches recouvrant les cuves. Or le méthane est 25 fois plus nuisible que le CO2 (=CATASTROPHE ECOLOGIQUE);


 >>> En Allemagne (= le modèle), 2,5Mt de CO2 sont émises par an par les 7 500 centrales biogaz. Si les fuites exédent 4% du méthane produit, ces centrales biogaz n'ont plus de sens au niveau environnemental.

 

* des risques d'incendies comme le 22 avril 2012 à l'usine de Fresnoy-Folny, près de Dieppe (76);

 

*  un épandage accidentel;


* les dangers du DIGESTAT (voir avis de l'ANSES du 6/5/2014);

 

* Méthanisation (cuves de fermentation) = de nouvelles bactéries* (inconnues, auparavant);


* BACTERIES = ATTENTION!!! (voir ce reportage d'Arte)


 

>>>> ATTENTION DANGERS !!!

 

 

 * Risques de BOTULISME : actuellement, en Allemagne, de fortes inquiètudes apparaissent suite à un rapport entre le botulisme chronique et le digestat de la méthanisation (Académie vétérinaire allemande); ce procédé (= digestat) est en effet favorable au développement de la bactérie qui produit la toxine botulique (plus puissant poison connu) : 30 cas récents dans le Mecklenburg et des milliers de vaches frappées et meurent, d'après le quotidien suisse "Le Matin" du 6/10/2011....

 

 

+ "La bactérie concernée, le Clostridium botulium, peut par exemple se développer dans les déchets carnés provenant des abattoirs et dans le digestat, un résidu composé d'éléments organiques et de minéraux, utilisé dans les champs comme fertilisant..." (Regula KENNEL, porte-parole de l'OVF, Office Vétérinaire Fédéral).

 

 

+ "Il ne faut pas dire qu'il n'y a pas de problème...c'est un mensonge. Il y a des problèmes...même si "l'industrie" concernée prétend qu'il n'y en aurait pas.." selon le professeur Helge BÖHNEL de l'université de Göttingen, spécialiste de la recherche sur le botulisme.

 

 

*Les abeilles produisent du miel bleu et vert, à cause d'une usine de méthanisation en Alsace!


 

3/ Le bon fonctionnement, la pérennité et la sécurité des installations de valorisation ou/et de transport seront-ils VRAIMENT assurés?


 

>>>>> Qu'en est-il du principe de précaution? (Principe 15 de la Déclaration de Rio en 1992 et la Charte de l'Environnement de 2004) 

 

 

 

>>>> LE RISQUE "ZERO" N'EXISTE PAS!!!!

 

 


+ Quels coûts pour la Collectivité et les citoyens? (= impacts économique et financier) :


 


>>> A NOTER : l'AMDPB n'a pas demandé de subventions!

 

 

 

Mais, trouvez-vous normal que vos impôts servent à financer un projet privé?


1/ La méthanisation est désormais considérée " de nature agricole", donc, exempte de taxe professionnelle et de redevance "pollution" : c'est pourtant une activité industrielle polluante (pollueur = payeur);

 

2/ Ce modèle de développement industriel de l'agriculture se fait quand même aux frais des contribuables (= les 165 272€ du PER et le financement des 1025 mètres de tuyaux par la Com'com) : c'est de l'argent public pour un projet privé >>>>> la production d'énergie elle-même, à rendement peu élevé, ne justifie pas d'aide particulière;

 

3/ Le soutien à la filière "méthanisation" va coûter 300M€/an et + 1% sur la facture d'électricité (à partir de 2013);

 

4/ Tarifs EDF (prix maximum : 0,20€ le kw racheté par EDF) = "cadeau" aux exploitants agricoles...


>>>> ILS VIENNENT D'AILLEURS D'ÊTRE AUGMENTES :

+ 10 à 20%!!!

(sources : www.bioenergie-promotion.fr)


5/ Le prix de rachat de l'eau chaude (payé par la Com'com) est fixé à 30€ TTC du MWh pendant 15 ans;

 

5/ De tels projets, dont la rentabilité est le souci N° 1 vont à l'encontre du développement durable.

 

+ Est-il fait un bon usage des deniers publics?

 

1/ NON...c'est une technologie chère pour la lutte climatique : la tonne de CO2 évitée par le biais du biogaz coûte 300€ contre 20€ quand l'Etat finance la rénovation énergétique des bâtiments;

 

2/ "Les tarifs de rachat de l'électricité seront complétés par des aides à l'investissement qui permettront aux projets non rentables dans les nouvelles conditions tarifaires (de mai 2011) d'atteindre le seuil de rentabilité*;" (QUAND ?) = extrait de la réponse du gouvernement à la question n° 114554 parue au JO du 30/8/2011;


* Seuil de rentabilité : 20 000t/an (Boulay = 7 500t/an) 

 

3/ Quid des subventions publiques ? (Exemple : 15% des investissements subventionnés par la Région);

 

4/ qu'en est-il du rendement des digesteurs en hiver?

 

Porteurs de projet et Chambres d'agriculture ont bien compris qu'à partir d'une idée qui semble "écologique", ils pouvaient "faire leur beurre"!

 

 


Si, à l'origine, ce projet  était individuel (Yves Richet de Boulay), il a été vite"détourné", comme souvent, de son objectif initial par d'autres paysans avides de s'engouffrer dans ce type de projets annoncés comme"rentables"! (VOIR ="Filière en pointillé")


 

 


 

Bénéfices pour les porteurs de projet, nuisances pour les habitants.

 

 

La plupart des politiques et des décideurs ont une méconnaissance de cette technologie; et, pourtant, ils se veulent rassurants...alors que le risque "zéro" n'existe pas.

 

 

BIOGAZ = "ARNAQUE" !



+ Quel impact sur la nature et l'environnement ? :


 

1/ AMMONIAC = VERITABLE "BOMBE A EFFETS DE SERRE" (LIRE ICI)


2/ Etude des sols (nappe phréatique à 1,05 m)?

 

3/ Zone inondable?

 

4/ RISQUES DE POLLUTION DES EAUX (une rivière, la Kaltbach, coule à proximité!) :

Exemple récent (29/1/2012) à St Gilles du Méné (22)

 

5/ L'épandage du digestat :


      °   quelles zones d'épandage?


      °   la pollution des nappes phréatiques?


      °   La méthanisation présente en effet l'inconvénient de transformer pratiquement la quantité de l'azote entrant dans le digesteur en AMMONIAC qui se retrouve dans le digestat...UNE SEULE SOLUTION = enfouir les effluents le plus rapidement possible après épandage.


      ° le digestat (azote minéral) est plus nocif* que le fumier : celui-ci   enrichit les sols alors que le digestat l'épuise (* risques pour la santé : voir plus haut) :

 

"...des bactéries mortelles dans les résidus de fermentation des usines de méthanisation : un danger pour la flore..." (extrait d'un communiqué de presse des universités d'Hanovre et Göttingen paru, en juin 2011, dans "Wild und Hund");

 

      °  la méthanisation du lisier = un procédé qui valorise les effluents d'élevage mais ne résout pas la question des rejets azotés;

 

      °  Une grande partie des polluants à base de nitrates et de phosphates provient non pas des lisiers, mais des engrais déversés dans les champs et qui échappent à toute méthanisation;

 

      °  Les antibiotiques et les stérpïdes administrés aux animaux dans les élevages se retrouvent dans les urines, donc dans le lisier.

 

5/ Par quoi sera compensée la faible teneur en carbone du lisier?

 

Les installations industrielles de méthanisation sont des filières qui se développent au seul bénéfice des agriculteurs-pollueurs. Non seulement, ce type d'installation est dangereux mais, en plus, il n'est pas rentable.

 

 


+ Des C.I.V.E (cultures intermédiaires à vocation énergétique):


 

Alimenter des méthaniseurs avec des hectares de culture

= INDEFENDABLE!



L'AMDPB a décidé de "nourrir" son méthaniseur avec du maïs et du sorgho...INTOLERABLE!!!



>>> Concurrence entre cultures énergétiques et cultures alimentaires = NON

 


>>>> Qu'on cesse de produire de la nourriture pour produire de l'énergie!



>>>> Le risque est que la production d'énergie devienne prétexte à une agriculture INTENSIVE. 

 


>>>> Nous sommes arrivés aujourd'hui à l'idée qu'il puisse y avoir des champs cultivés sans que les aliments y soient produits : une agriculture sans nourriture!


 

>>>> Les éleveurs en difficulté ont du mal à se procurer du fourrage et voilà que l'on veut en faire du gaz avec. ON MARCHE SUR LA TÊTE!

 


 

Ces cultures alimentaires spécifiques sont désormais INTERDITES

(A LIRE ICI)


 



* Maïs (5 000t/an) : céréale peu écologique, ce n'est pas le "rôle" des "cultures énergétiques dédiées" (= c'est du "détournement" de terres + hausse des gaz à effet de serre);

 

* Plante énergétique la moins chère par m3 de méthane : CE N'EST PAS UNE RAISON!

 

* Le maïs favorise l'érosion des sols, demande beaucoup d'engrais et toujours plus de pesticides;

 

* Il existe d'autres espèces vivaces pour remplacer le maïs : sorgho, mauve de Virginie, faux chanvre, miscanthus, etc...

 

>>> NON à l'utilisation et à la spéculation sur les matières premières végétales pour la production d'énergie!

 

 

+ Les conséquences sur la valeur du patrimoine :


* Le coût sociétal de l'implantation d'une telle usine ( = perte de la valeur foncière des quelques propriétés riveraines du site) sera-t-il intégré à l'étude économique justificative et une compensation financière est-elle prévue pour les riverains?


 

CONCLUSION :

 

 


+ LA COGENERATION* (la production d'électricité et de chaleur) EST UNE HERESIE ECOLO-TECHNICO-ECONOMIQUE;

 

 

+ Projet basé plus sur la rentabilité que sur le développement durable (la justification d'une préservation environnementale améliorée est un leurre);

 

 

+ La méthanisation serait une "bonne" source d'énergie, selon ses promoteurs. Mais, pour l'environnement, c'est beaucoup moins sûr.

* Un méthaniseur est un outil de production d'énergies, par cogénération (= production d'électricité et de chaleur)

 

 

lien permanent